La revue

Pour son premier numéro, Gros Gris s’est paré de ses plus beaux atouts et a erré au cœur de la nuit sauvage, où les fêtes durent jusqu’au petit matin et autorisent des folies en tous genres. On y traverse le carnaval en Haïti, on se perd dans une teuf psytrance et on investit le dancefloor d’un nightclub cosmique. On philosophe sur les bénéfices de l’ivresse, se rapproche autour d’un verre et se réveille perdu le lendemain, avec une sacrée gueule de bois…

Des regards croisés qui ont comme fil conducteur des extraits de Night Club, mémoire de Géraldine Legin, qui analyse ce moment d’errance dans les entrailles de la nuit.